07/04/2014

Fait historique

Le temps est venu de projeter la lumière sur les plus graves mensonges dans l'histoire de l'humanité.
De par son immense miséricorde, Dieu créé les causes permettant à chacun de différencier entre le mensonge et la vérité.
Un mensonge transformé en doctrine imposée par la force ne peut pas apaiser le cœur des gens honnêtes.

Se référant à la Bible, emalgré les insurmontables contradictions entre les versions, les chrétiens de notre époque disent que Jésus a été crucifié, qu’il est mort, puis, qu’il est ressuscité trois jours plus tard.


Révélé à Mohammed environ 600 ans après la disparition de Jésus, le Coran est venu mettre fin à cette confusion qui été devenue une invention forgée par l’église, et un pilier de leur dogme.
Mohammed, cet homme élu par ِAllah, ne savait ni lire ni écrire et personne ne lui a enseigné le contenu des croyances que renferment les sectes et religions non-arabes.

Allah, Le Seigneur des univers lui a révélé (TRSV) :
{ Les Juifs complotèrent contre Jésus ; mais Dieu déjoua leur complot, car les ripostes de Dieu sont toujours infaillibles. C’est alors que Dieu dit : «Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui t’ont renié jusqu’au Jour de la Résurrection. À la fin, vous ferez tous retour vers Moi et Je trancherai alors vos différends. } [Sourate 3 : All 'Imrane, versets 54 et 55]

Et Il a dit (selon le sens) :
{ Ce châtiment, ils (les juifs) l’ont bien mérité en raison de leur infidélité et à cause de l’ignoble calomnie qu’ils ont fait courir sur Marie, et également pour avoir dit : « Nous avons tué le Messie, Jésus fils de Marie, Messager de Dieu », alors qu’ils ne l’ont point tué et qu’ils ne l’ont point crucifié, mais ont été seulement victimes d’une illusion, car même ceux qui se sont livrés ensuite à des controverses à son sujet sont encore réduits, faute de preuves, à de simples conjectures.
En réalité, ils ne l’ont point tué, mais c’est Dieu qui l’a élevé vers Lui, car Dieu est Puissant et Sage. Il n’est pas une personne, parmi les gens du Livre, qui ne croira pas en lui avant sa mort. Et, au Jour du Jugement, il se présentera pour témoigner contre eux. }
 [Sourate 4 : An Nissa, versets 156 à 159]


Autre traduction relative : { Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié, mais ce n'était qu'un faux-semblant. }.
Ou encore : { Ils ne l'ont ni tué, ni crucifié mais ils furent abusés par quelque ressemblance. }.


La réalite n'est donc pas comme disent certains ignorants à notre époque que " Jésus a survécu à l'épreuve de la crucifixion " et que " Jésus-Christ n'est pas mort sur la croix mais en fut délivré et puis soigné ". Ceux là mécroient au Livre d'Allah et n'ont rien à voir avec l'Islam.

Les gens croyaient vraiment voir Jésus sur la croix, or, ce n’était pas lui mais un autre.

Allah qui est au-dessus des cieux, a élevé le Messie au second ciel et l'a plongé dans une sorte de sommeil prolongé. Il sera dans cette situation jusqu'au moment où le faux messie (Ad Dajjal, l'AntéChrist) régnera sur la terre (excepté Médine et La Mecque). Ce faux messie est un homme borgne et mécréant qui prétendra être divin.
C'est alors que Jésus descendra à Damas aidé de deux Anges, et il ira tuer le faux messie près de Jérusalem. A sa mort Jésus sera enterré de façon islamique, puis les croyants mourront. La fin du monde aura lieu quand Dieu le voudra, ceci alors qu'il n'y aura plus que des mécréants sur terre.

La vierge Marie été âgée de 13 ans lorsque le Messie fut créé dans son ventre, de 47 ou 48 ans lorsque son fils fut élevé au ciel, puis elle est morte cinq ans plus tard. Elle était originaire d'une famille pieuse et a bénéficiée d'un bon entourage.
Elle était, sans doute possible, la femme la plus savante et la plus véridique de son époque. Elle n'a jamais enseignée que son fils fut mort ou crucifié, ni n'a jamais approuvé cet rumeur. Or, elle n'aurait jamais pu cacher cela si la crucifixion de Jésus était un fait incontestable et un fondement pour la bonne croyance qu'il faut suivre.

Paul de Tarse et son parti n'ont pas été auprès d'elle pour apprendre la religion et la vraie histoire du Messie. Ils n'avaient pas la même croyance que Marie, ni que les fidèles disciples du Messie, ni que les disciples de Jean le Baptiste (le Prophète de Dieu; Yahya ibn Zakariya).


Il y a plusieurs versions sur l'identité de celui qui fut crucifié. Allah sait mieux, mais ce qui est apparent c'est qu'il fut un ennemi de Jésus et non pas un fidèle disciple de lui. Une chose est certaine, Paul et ses disciples voulait faire de la crucifixion la cause de l'égarement. L'imam Al Baghawy a dit : Et il y avait chez les juifs un "brave" homme nommé Paul qui a tué une grande partie des compagnons de 'Issa ("Jésus"), paix sur lui, ensuite il a dit aux juifs : 


« Si la vérité est avec 'Issa, nous avons donc mécru en lui, et le Feu est notre destination, nous sommes donc perdants; si ils entrent au Paradis, nous entrons au Feu. Je vais donc ruser et les égarer jusqu’à qu'ils entrent dans le Feu (l'Enfer). » 

L'imam Wahb ibnou Mounabah (mort en 114) a raconté que le crucifié est celui qui est allé vers les juifs. Il a demandé une rançon et ils lui ont donné trente dirham. Apres cela il a pris l'apparence de Jésus, s'est fait humilié et crucifié.

Selon John Toland (l'auteur de « Nazarenus » au 18ieme siècle), les musulmans sont loin d'être les premiers à nier la crucifixion de Jésus.
En 2006, Marek Halter dévoile en annexe de sa fiction sur Marie, un texte traduit en français attribué à la mère de Jésus. On y trouve que Jésus n’est pas mort sur la croix.


Selon les Actes de Jean, un écrit grec, Jésus lui-même dit qu’il n’est pas l’homme sur la croix.


Dans l'histoire ecclésiastique, Epiphanius nous apprend qu'il a lu un livre intitulé « Le voyage des apôtres » contenant les actes de Pierre, Jean , André, Thomas et Paul, et qu'entre plusieurs choses on y lit ce qui suit : « Que le Christ n'a jamais été crucifié, mais un autre à sa place, que par ce moyen il s'était moqué de ceux qui s'imaginaient l'avoir crucifié » : quelque uns ont avancé que c'était Judas qui a été crucifié à sa place.

Deux apocryphes retrouvés dans la Bibliothèque copte de Nag Hammadi disent que c’est Simon de Cyrène qui a été crucifié !

Environ 90 ans après l'élévation du Messie (paix sur lui), Basilide d'Alexandrie affirme que Simon de Cyrène fut réquisitionné, il porta la croix et fut crucifié. Il disait que le Messie était « au ciel sans souffrir ».
Dans un autre livre bien conservé, Judas prit l'apparence de Jésus tout en niant complètement être Jésus. Les juifs lui cracha dessus, lui mirent une couronne d'épines sur la tête, puis ils le crucifièrent aux yeux de tous.

Dr. Samuel Stern (Oxford University) a trouvé dans les archives d’Istanboul un très vieux manuscrit écrit par des hommes qui se prétendaient être les disciples des Apôtres, et on y trouve écrit que Judas trompa les Juifs en substituant un autre homme à la place de Jésus.

Tout cela prouve qu'il y avait controverse chez les juifs au sujet de cette crucifixion, mais aussi que les premiers chrétiens divergeaient grandement entre eux sur ce sujet.

Evangile selon Jean 18. 3 à 7 :
Judas donc, ayant pris la cohorte, et des huissiers qu'envoyèrent les principaux sacrificateurs et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes.
Jésus, sachant tout ce qui devait lui arriver, s'avança, et leur dit: Qui cherchez-vous?
Ils lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit : C'est moi. Et Judas, qui le livrait, était avec eux.
Lorsque Jésus leur eut dit: C'est moi, ils reculèrent et tombèrent par terre.
Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth. 

Fin de citation.

Pourquoi sont-ils tombés ?! Il semblerait qu'il y ait eu une intervention divine, sinon pourquoi tombèrent-ils par terre alors qu'ils étaient en position de force, en grand nombre et avec des armes ?
Il y a eu confusion dans cette arrestation. Pas de doute que Dieu a protégé le Messie du mal de ses ennemis et de leur complot.
C'est à partir de ce moment-là de l'histoire que l'auteur (ou plutôt les auteurs) commence le grand mensonge.

Mais Dieu est Juste. Jésus n’a pas été crucifié car il n’avait commis aucun péché. Dieu sait mieux, mais il se peut bien que ce soit une prophétie concernant Judas qui devait se réaliser :

Il ouvre une fosse, il la creuse, et il tombe dans la fosse qu'il a faite. 
Psaume 7. 16
L'Éternel se montre, Il fait justice, Il enlace le méchant dans l'œuvre de ses mains.
Psaume 9. 17
Ils avaient tendu un filet sous mes pas, mon âme se courbait; ils avaient creusé une fosse devant moi, mais ce sont eux qui y sont tombés. 
Psaume 57. 7

Allah a dit (selon le sens) : { Et ils [les juifs] se mirent à comploter et Allah a fait échouer leur complot. } [Coran, sourate All 'Imrane, verset 54]

Ainsi, Judas tomba dans son propre piège et fut crucifié avec l'apparence du Messie sur le visage. On pourrait aussi voir dans les Psaumes 91 et 116 une allusion au secours de Dieu envers le Messie pour lui éviter la mort quand il L'invoqua avec ardeur.

Au cas où une personne croirait que Jésus avait été le "Fils de Dieu", pourquoi Dieu n'aurait-Il pas exaucé la prière de son fils, quand Jésus est cité avoir dit ; " Demandez, on vous donnera; cherchez, vous trouverez; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, à qui frappe on ouvrira. " (Selon Matthieu 7:7-8) ?

Jésus est rapporté avoir intensément demandé – au point de transpirer "comme des caillots de sang" en priant (Luc 22:44) – et il cherchait clairement à être sauvé de la mort. Jésus n'est jamais cité disant : "Quiconque demande reçoit, excepté moi." Il n'a jamais dit cela.
Selon Matthieu (7:9) ; " Ou encore, qui d'entre vous, si son fils lui demande du pain, lui donnera une pierre ? "
Autrement dit, qui s'imagine que Dieu n'exaucerait pas la supplication d'un Prophète de le secourir, pire encore ; qu'Il l'abandonnerait à ses ennemis pour que ceux-ci l'humilis, puis le laisse mourir sur une croix ?!


De plus, nous lisons dans l'ancien testament (Dt XXI, 22-23) : Si un homme, pour son péché, a encouru la peine de mort, et que tu l'aies mis à mort et pendu à un arbre, son cadavre ne passera pas la nuit sur le bois ; tu dois l'enterrer le jour même ; car le pendu est une malédiction de Dieu.

L’adoption de la croix et du crucifix dans le culte chrétien a été innovée des siècles après l'élévation de Jésus.
La représentation de la croix seule advint en premier, durant l’ère de Constantin au quatrième siècle ! 
Ce n’est qu’au VIème siècle que le Christ sera repésenté sur la porte de l’église Sainte-Sabine de Rome.
 
L'historien Grégoire de Tours, qui vivait au VI° siècle, ne connaissait pas les crucifix. Mais Satan est toujours au travail pour pervertir le coeur des humains. C'est au X° et surtout au XI° siècle, que se répandient les maudites croix avec le Christ crucifié représenté. 
Guillaume de Tyr inventa l'idée que de cracher sur une croix est "l'affront le plus sanglant", un horrible blasphème contre Jésus et contre "la doctrine du salut" !!

Puis, c'est au treizième siècle que le crucifix apparut sur une table d’autel. 

Dans l'Affaire Dreyfus on peut lire : « Le commandant Hubert-Joseph Henry, adjoint du chef du SR et découvreur du bordereau, fait une déclaration théâtrale en pleine audience. Il affirme qu'une suspicion de fuites existait depuis le mois de février 1894 à propos d'une trahison à l'état-major et « qu'une personne honorable » accusait le capitaine Dreyfus. Il jure sur l'honneur que le traître est Dreyfus, en désignant le crucifix accroché au mur du tribunal. »

Le crucifix servait donc à mieux faire passer le mensonge sous un gage de fausse piété !


Dans le "Deutéronome" [24. 26], on peut lire : On ne fera point mourir les pères pour les enfants, et l'on ne fera point mourir les enfants pour les pères; on fera mourir chacun pour son péché.

Dans le livre attribué à Ezéchiel (chap. 18) nous lisons :
Quand le fils a fait ce qui est légal et juste, qu’il a observé et mis en pratique Mes lois, il vivra. Il n’aura pas à souffrir pour les péchés de son père, ni que le père aura à souffrir pour les péchés de son fils, la droiture du juste sera sur lui-même et l’injustice du pécheur sera sur lui-même. Fin de citation.

Cela prouve bien la fausseté du dogme lié au péché originel selon lequel les hommes portent tous le pêché de Adam sauf ceux qui croient que Jésus est mort pour racheter les gens de ce péché qu'ils n'ont pas commis et se font baptiser. 
De plus, Adam n'est pas mort en étant pécheur, mais il s'est repenti et Dieu lui a pardonné.

Il est grand temps d'accepter la vérité et d'entrer dans l'islam avec foi car c'est vraiment la seule religion qui mène au Paradis. La seule religion que Dieu aime, la religion de tous les Prophètes sincères et de leurs suiveurs.

Allah glorifié et Élevé soit-Il- a dit (selon le sens) : { Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants. } [All 'Imrane : 85].

Lecture au sujet du statut de la Bible et du Coran : http://www.terre-islam.com/t916-sujets-sur-le-coran-et-la-bible#7306

Allah a dit (gloire à Lui) dans le Noble Coran (selon le sens rapproché) : 
{Ne poursuis pas ce dont tu n'as aucune connaissance. L'ouïe, la vue et le cœur : sur tout cela, en vérité, on sera interrogé.} 
[Al Isra, verset 36]

Et pour finir, sachez qu'Allah nous a informé que (TRSV) :

{Et il y a des gens qui discutent au sujet d'Allah sans aucune science, et qui suivent tout diable rebelle. Il a été prescrit à l'égard de ce dernier (Satan) qu'il égarera quiconque le prendra pour maître, et qu'il le guidera vers le châtiment de la fournaise.{ Sourate Al-Hajj, 3-4

Prenons donc garde...
Wa al hamdouliLlah wahda. 
Ecrit par Abd El Salam Abou Yahya

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire