13/03/2014

Certains profits de la Sourate al-Fâtiha بَعْضُ فَوَائِدَ مِنْ سُورَةِ الفَاتِحَةِ

L'imam Mohammed ibn 'Abdel Wahab رضي الله عنه a dit:
Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux

{ La louange est à Allah, le Seigneur des mondes. Le très miséricordieux, Celui qui fait miséricorde. Le Roi du jour du jugement. } (Coran, alFatiha 1)

Ces trois versets renferment trois thèmes :

    Le premier verset : Il renferme l’amour, car Allah pourvoit de ses grâces, et celui qui obtient cette grâce L’aimera relativement à cette grâce. Et l’amour est de quatre catégories :

1) L’amour idolâtre : C’est l’amour que dénonça Allah dans le verset (selon le sens rapproché)
{ Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or ceux qui ont crus sont les plus ardents en l'amour d'Allah. Quand les injustes verront le châtiment, ils sauront que la force tout entière est à Allah et qu'Allah est dur en châtiment!... [166] Quand les meneurs désavoueront les suiveurs à la vue du châtiment, les liens entre eux seront bien brisés! [167] Et les suiveurs diront: "Ah! Si un retour nous était possible! Alors nous les désavouerions comme ils nous ont désavoués!" -Ainsi Allah leur montra leurs actions; source de remords pour eux; mais ils ne pourront pas sortir du Feu. } Sourate 2, versets 165 à 167

2) L’amour du mensonge et des menteurs, et la haine de la vérité et des véridiques : ceci est une caractéristique des hypocrites.

3) L’amour naturel, c’est l’amour des richesses et des enfants. Tant qu’elle ne détourne pas de l’obéissance d’Allah et n’amène pas à violer Ses interdictions, alors elle est permise.

4) L’amour des monothéistes et la haine des idolâtres : c’est la plus solide branche de la Foi, et la plus grande adoration qu’un serviteur voue à son Seigneur.

    Le deuxième verset : Il renferme l’espoir.
    Le troisième verset : Il renferme la peur.

{ C’est Toi que nous adorons } : C'est-à-dire : Je t’adore, Ô Seigneur, par ces trois choses ; Par amour de Toi, par espoir en Toi et par peur de Toi.

Ces trois éléments sont les piliers de l’adoration ; les vouer à un autre qu’Allah est idolâtrie.

Ces trois versets répliquent ceux qui ne s’attachent qu’à un seul d’entre eux, comme ceux qui ne s’attachent qu’à l’amour, ou ceux qui ne s’attachent qu’à l’espoir, ou ceux qui ne s’attachent qu’à la peur uniquement. Celui qui voue l’une de ces choses à un autre qu’Allah est un idolâtre.
Nous pouvons donc apprendre de ces versets : La réplique contre trois sectes qui se sont attaché à l’une seule de ces choses :

1) Ceux qui n’adorent Allah que par amour.

2) Ceux qui n’adorent Allah que par espoir, comme les Mourji’a.

3) Ceux qui n’adorent Allah que par peur, comme les Khawârij.

{ C’est Toi que nous adorons, et c’est de Toi que nous implorons l’aide. } : renferme l’Unicité d’Allah dans Sa Divinité et Sa Seigneurie :

- { C’est Toi que nous adorons } renferme l’Unicité dans la Divinité.

- { Et c’est de Toi que nous implorons l’aide } renferme l’Unicité dans la Seigneurie.

{ Guide-nous dans le droit chemin } : Ce verset est une réplique contre les hérétiques.
Quant aux deux derniers versets, ils nous apprennent entre autre :

- Ce que sont les gens ; Allah les a divisés en trois catégories :

·        Ceux qu’il a comblés de bienfaits.
·        Ceux qui encourent la colère.
·        Les égarés.

Ceux qui encourent la colère sont ceux qui savent la vérité mais ne la pratique pas. Les égarés sont ceux qui pratiquent sans savoir si ce qu’ils pratiquent est la vérité.
Et même si la raison de la révélation de ce verset fut les juifs et les chrétiens, il concerne toute personne ayant ces caractéristiques.
Ceux dont la caractéristique est de savoir puis de pratiquer : ce sont eux qui sont comblés de bienfaits.

Cette sourate nous enseigne aussi :
1)    De se défaire de toute force ou puissance, car c’est Lui qui te comble de bienfaits.

2)    Connaître parfaitement Allah, et Lui contester tout défaut.

3)    Elle apprend à l’homme à se connaître lui-même, ainsi que son Seigneur, car :

*    S’il y a un Seigneur, il y a forcément un serviteur.

*    S’il y a un adorateur, il y a forcément un Adoré.

*    S’il y a un Guide, il y a donc un guidé.

*    S’il y a un comblé de bienfaits, il y a forcément Un Donateur de grâces.

*    S’il y a celui qui encoure la colère, il y a forcément Celui qui est en colère.

*    S’il y a un égaré, il y a forcément Celui qui égare.

Cette Sourate renferme donc la Divinité, la Seigneurie, et conteste tout imperfection à Allah, et elle renferme la définition de l’adoration ainsi que ses piliers.
Source : Dourar Saniyya volume 13 page 73

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire