19/10/2017

Une entrée dans l'Islam importante

بسم الله الرحمن الرحيم

Anselme Turmeda de Majorque aussi connu sous le nom de Abou Mohammed Abd Allah At-Tourjouman Al-Andaloussy, était un prêtre franciscain qui s’est converti à l’Islam au 14ième siècle G. (756 – 837 H. soit 1352-1423 G.). Il a laissé derrière lui quelques œuvres en catalan et en arabe dont « Tuhfat Al Arib fi Ar-rad 'ala Ahl As-salib » (Le joyaux du sage en réponse aux gens de la croix), qui est une réfutation des dogmes chrétiens et de ses contradictions.

La première partie de ce livre est consacrée à l’autobiographie de l’auteur.
Je mets ici la bonne traduction d'un frère datant d'Octobre 2009 (j'ai corrigé les erreurs et les manquements en me basant sur ma copie arabe), sachant que la première traduction française date de 1885 dans une revue religieuse de Tunis, puis en 1971 vint la traduction espagnol, et il y a une dizaines d'années la traduction anglaise d'un célèbre converti anglais. Cette dernière a fait l'objet d'une traduction de l'anglais vers le français, sauf qu'il y a des erreurs.

Voici
maintenant la fameuse autobiographie en question. Il a dit (Qu'Allah lui fasse miséricorde):


« Sachez, qu'Allah vous couvre de sa miséricorde, que à Ciutat De Mallorca (l’actuelle Palma de Majorque), qu'Allah la fasse revenir à l'Islam, et c'est une grande ville de commerce donnant sur la mer entre deux montagnes qui possède deux enclaves.
Je suis né (en 1352) dans une famille bourgeoise civilisée dont j’étais le fils unique. A l’âge de 6 ans, mon père m’a confié à un prêtre-précepteur chez lequel j’ai étudié les évangiles jusqu’à en apprendre par cœur une bonne partie en deux ans.

J’ai ensuite appris le Latin et la science de la logique pendant 6 autres années. Après, je suis parti du pays de Majorque vers la ville de Lérida en terre de Catalogne et c'est un centre culturel chrétien dans cette région. La ville a une grande vallée qui la traverse (…). Il y a 1500 étudiants qui ne dépende que du prêtre avec lequel ils étudient. J’ai étudié les sciences de la nature (physique) et l’astronomie pendant 6 ans puis j’ai enseigné les évangiles et le latin pendant 4 ans (il est entré chez les franciscains bien avant ce voyage).

Après, je suis parti à la ville de Bologne (Italie), qui est une très grande ville de savoir construite avec des pierres de qualité. Plus de 2000 étudiants viennent chaque année s’y instruire.
 Ils étaient vêtus de tissus rêches qu’ils appelaient la « clameur de Dieu ». Chacun d’entre eux, fut-il le gouverneur ou le fils d’un gouverneur, était enveloppé de ce vêtement afin de se distinguer, en tant qu’étudiant. 
J’ai habité dans une église chez un prêtre âgé du nom de Nicolas Martel (maître en théologie et futur Archevêque de Raguse en Italie). Ce prêtre était très respecté chez les chrétiens pour son savoir et sa piété au point que les questions lui venaient de nations diverses, posées par des rois, des nobles et accompagnées de divers présents précieux par lesquels ils cherchaient sa bénédiction.
Ce prêtre m’enseigna la science des fondements du christianisme et ses règles. Je devins très proche de lui ; j’étais à son service et l’assistais dans ses tâches. Je devins l’un de ses assistants à qui il accordait le plus sa confiance, au point où il me confia les clefs de ses appartements et des réserves de nourriture et de boisson. La seule clef qu’il ne partageait pas avec moi était celle de la petite chambre où il dormait. Je pense, mais Allah sait mieux, qu’il gardait là ses trésors personnels.
Durant dix années, je fus à la fois son étudiant et serviteur ; puis, il tomba malade, au point de n’être plus en mesure d’assister aux réunions avec les autres prêtres…
Un jour donc, notre maître s’absenta de son cours ce qui a été mis à profits pour discuter de divers sujets théologiques. Le passage du « Paraclet » a été abordé à un certain moment, et le débat a été infructueux bien que les hypothèses des étudiants étaient multiples. Après, je suis retourné auprès du prêtre qui me demanda ce que nous avons fait en son absence. Je lui ai parlé de la discussion sur le « Paraclet » et des différentes réponses des étudiants qu’il commenta et réfuta une par une. Il ajouta que le sens de ce noble nom n’était connu que par les savants les plus confirmés et qu’on était très loin d’en faire partie. Je me suis mis aussitôt à lui embrasser les pieds en l’implorant :

Ô Maître, vous savez que je suis venu de loin et j’ai passé 10 ans à votre service pendant lesquels j’ai appris tant de choses. Je vous demande solennellement par votre belle faveur de me faire connaitre ce noble nom…
C'est alors qu'il pleura et me dit : Ô mon fils, par Allah tu as une grande place dans mon cœur pour ton service et ton dévouement, mais la connaissance de ce nom est quelque chose de si important que j’ai peur que ça t’affecte et que les chrétiens te tuent pour ça.
-          Ô Maître, par Allah Le Grandiose et le droit de l'Evangile, je ne divulguerais ce que vous me direz tant que vous vous y opposerez.
Il dit : « Mon fils, lorsque tu es arrivé ici, en provenance de ton pays, je t’ai demandé si il est près des musulmans, s’ils avaient organisé des attaques contre vous et vous contre eux.  Je t’ai posé ces questions pour tester ce que tu as comme degré de haine envers l’Islam.  
Alors sache mon fils, que le « Paraclet » est un des noms du Prophète de l’Islam qui a reçu le 4ième livre dont parlait le prophète Daniel. Ce prophète dit que ce Livre lui a été révélé et que sa religion est la religion vraie, la voie claire évoquée dans l'Evangile.
Ô Maître, et que dites-vous sur la religion des chrétiens ?
Il m'a alors dit : "Si les chrétiens avaient suivi la religion originel de Jésus, leur religion aurait été certes la religion d'Allah, car la religion de Jésus ('Issa) et de l'ensemble des Prophètes est la religion d'Allah. Mais ils l’ont modifiée et sont devenus mécréants…"
Quelle est donc la voie du salut, mon Maître ?
Embrasser l’Islam...
En le faisant, serais-je sauvé ?
Oui, tu le seras dans cette vie et dans l’au-delà.
Mais Maître, un homme sage ne prend pour lui-même que ce qu’il sait être le meilleur. Vous qui savez le mérite de l’Islam, pourquoi n’y adhérez-vous pas ?
- Ô mon fils, je n'ai trouvé cette vérité sur le mérite de l'Islam qu'à un âge très avancé avec un corps affaiblit.
Nous n’avons aucune excuse nous chrétiens ; au contraire, la preuve d'Allah a été établie contre nous. Et si Dieu m’avait fait connaître cette vérité quand j’avais ton âge, j’aurais embrassé la religion de vérité en abandonnant tout derrière moi. Hélas, "l'amour du bas monde est la source de tout péché" (parole attribuée au Messie 'Issa).

Toi, tu connais bien ma position (mon grade) parmi les chrétiens, tu vois bien leur reconnaissance et l'abondance (en cadeaux et aumônes) avec laquelle ils m'entourent. Si jamais ils voyaient de moi un moindre penchant pour l'Islam, ils me tueraient certainement sur-le-champ! En supposant que je leur échappe et que je rejoigne les musulmans, je leur dirais alors "je viens vers vous en tant que musulman" mais ils me répondraient: "Tu n'as de mérite qu'envers ta personne, n'attend donc pas de notre part une quelconque reconnaissance" (mauvaise pensée). Je serais ainsi parmi eux, moi le vieillard de 90 ans, un pauvre et qui ne connaît de surcroît rien de leur langue et eux ne sauraient mon véritable rang.
Me conseilleriez-vous alors de partir au pays des musulmans et de me joindre à leur religion? Lui demandais-je.
Si tu es doué de sagesse, cherchant le salut alors fais-le, et tu auras gagné la vie terrestre et celle de l'au-delà. Mais cette discussion doit rester secrète entre nous, garde toi de la divulguer et ne te fais surtout pas prendre. Les chrétiens te tueront et je ne pourrais rien pour te sauver, je nierais même tout et ma parole primera sur la tienne.

Je lui ai promis ce qu’il me demandait et j’ai pris mes dispositions pour partir, d’abord vers Majorque, puis vers la Sicile où je suis resté 5 mois à attendre un bateau qui partait vers le pays des musulmans. J’ai débarqué ensuite à Tunis où j’ai été accueilli par des prêtres et des commerçants chrétiens qui avaient pris connaissance de ma venue et ils m’ont hébergé pendant 4 mois. J’appris ensuite avec beaucoup de joie que le roi (Sultan) Abou Al Abbas Ahmad avait pour médecin un certain Youssouf qui connaissait ma langue. J’ai été alors le voir et je lui ai expliqué mon histoire, ce qu’il l’a réjoui énormément, et m’emmena chez le roi.

Ce dernier, en apprenant mon histoire, me posa des questions sur mon âge (35 ans) et sur ma formation puis m’invita à prononcer la chahada. Je lui répondis que ce que j’allais faire m’exposerait à la diffamation des chrétiens et j’aimerais qu’il fasse venir des prêtres pour qu’il sache ce qu’ils pensent réellement de moi.

Le roi me dit que mon souhait est le même que celui que Abd Allah Ibn Salam avait formulé au Prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam) lors de sa conversion (Abd Allah Ibn Salam était un savant juif de Médine).
Il les fit venir et leur demanda sans qu’ils me voient ce qu’ils avaient à dire sur mon compte. Ils répondirent unanimement que j’étais un grand savant et qu’ils n’avaient jamais connu quelqu’un d’aussi érudit et pieux. Il leur demanda ce qu’ils penseraient si j’embrassais l’Islam. Ils dirent que ça serait une chose infâme que je ne ferais jamais. Je les ai rejoint à ce moment et j’ai prononcé la chahada devant eux. Ils se signèrent d’indignation et dirent que je n’ai fait cela que par désir d’épouser une femme, les prêtres devant faire vœux de chasteté. Ils partirent très affectés, sous le choc et tristes.

Le roi m’attribua ensuite une pension et j’ai épousé une femme (la fille de Mohammed As-Saffar) qui me donna un garçon que j’ai appelé Mohammed tel que notre Prophète (salla Allahou 'alayhi wa salam).
»


Il prit ensuite des fonctions diverses dans la cours hafside, principalement celle d’interprète de par sa connaissance du français, de l’italien, du catalan, du latin et plus tard de l’arabe, d’où le nom « At-Tourdjoumane » (Le Traducteur). A
près seulement un an, il devint si doué pour la langue arabe qu’il fut nommé dirigeant du Département de Traduction. Il était connu des gens du peuple, qui lui donnaient des surnoms affectueux, dont le plus populaire était Sidi Tohfah, c’est-à-dire Maître Cadeau, qui faisait référence à son populaire ouvrage.
Il est mort à Tunis à l'âge de 71 ans, soit 36 ans après son entrée dans la religion d'Allah, farahimahouLlah.

Magnifique histoire que la sienne, leçon de patience et d'espérance en Allah. Leçon de véracité avec Allah et pour Lui. Leçon de mise en pratique de la vraie Foi dans une époque comme la nôtre  plus que jamais les chrétiens font semblant de croire en leur Créateur et se moquent de Lui.

Parmi ce que j'ai lu d'intéressant, il y a les paroles d'Ibn Hazm Al-Andaloussy (sachant que le traducteur Abd Allah a lui-même fait éloge d'Ibn Hazm sur ce sujet). Ibn Hazm a dit qu'Allah -élevé et glorifié soit-Il- a laissé quelques vérités dans ce qui reste de la Torah et de l'Evangile en possession des juifs et des chrétiens. Allah -élevé et glorifié soit-Il- a voulu qu'il en soit ainsi pour qu'il y ait un argument contre eux dans ces vérités encore visibles. Preuve en est Sa Parole (selon le sens) : { O vous à qui on a donné le Livre, croyez en ce que nous avons fait descendre, en confirmation de ce que vous aviez déjà, avant que nous effacions des visages… } [An-Nissa (4), 47]
Voir Al Fissal (1/317) d'Ibn Hazm (mort en 456 H. soit 4 siècle avant le temps du Traducteur)

Pour finir, on remarque aussi que dans ses livres, le juge et savant égyptien Abi Al-baqa Sâlih ibn Housseyn Al-Ja’farî (mort en 688) a expliqué en détail l'annonce de Mohammed – salla Allahou 'alayhi wa salam - et sa prophétie dans la Bible. En comparant la Bible de nos jours et celle de son époque, on s'aperçoit clairement comment la falsification des manuscrits juifs et chrétiens a continuée après l'époque de l'auteur pour que la vérité sur l'Islam soit cachée au maximum.
Abd As-Salam Abou Yahya

19/07/2017

Jihadologie : une infiltration plus qu'écœurante

On ne peut pas être sans stupeur en lisant le blog de Romain Caillet et surtout son dialogue avec le jeune algérien dit "dissident". Inadmissible, l'infiltration de Romain dans le domaine médiatique est du jamais vu.

Si je n'aurais pas peur de tomber dans l'injustice, j'aurais parlé de méthode "cailletiste", mais il y a peut-être une famille qui aime le calme et la discrétion. Ceci dit, il n'y a pas d'analyse "jihadologique" chez Romain, mais juste un style d'abrutisation et une place d'honneur pour le terrorisme.
Quand nous jugeons de terroriste un individu étant prêt à tuer sans droit au nom d'Allah ou d'une religion, c'est que son terrorisme idéologique est le centre du problème, l'origine du danger.

Les victimes des attentats en Algérie, en Syrie, en Turquie (et même en France) accepteraient elles qu'un "consultant" propage encore le venin terroriste puis de l'entendre dire cyniquement : "Mon rôle n'est pas de condamner" ?! 

Et quand un journaliste arabe sort un livre par fascination pour le terrorisme en le faisant passé pour quelque chose d'islamique ; le danger est grave car c'est l'orientation de l'opinion public qui est visée, avec sa majorité de non-croyants. N'a-t-il pas honte de vivre par le malheur des gens sous fond de falsification religieuse ? Le rôle d'un avocat non-croyant est-il le soutien du terrorisme ? Quelle "gloire" y a-t-il en cela ?

A Allah nous appartenons et à Lui nous revenons. N'avez-vous pas de pitié pour les orphelins et les mères qui pleurent ? Qui sera responsable au Jour du Jugement quand il n'y aura plus de place pour l'injustice ? 

Des milliers de crimes dans le monde ont pour cause ces prêcheurs qui falsifient l'Islam et détruisent les espoirs de sécurité dans de nombreux pays (Nigeria, Yémen, Iraq, Pakistan, Afghanistan et ailleurs). Malgré tout cela Romain ne se gêne pas pour orienter les gens vers leurs liens internet et leurs livres. Ces mêmes références qui jugent les musulmans comme étant pire que des bestiaux.

Les francophones ont-ils besoin d'un insolent qui discute avec des terroristes puis traduit leurs idées abominables ? Comment peut-on tolérer que ces gens aient une tribune dans les médias français ? Pour reprendre un de ses termes mensongers ; es une "optique salafiste" ?! Celui qui transmet une maladie contagieuse comme on colporte une parole est bien plus dangereux et vicieux que le malade qui meurt dans son coin méconnu du monde.

Le fait que les khawarijs et les gens sectaires s'excommunient les uns les autres n'a rien de nouveau. Es pour autant qu'il faut plonger dans leurs sectes et boire leur tasse de takfir comme un accroc sous overdose ?! Es pour autant que cela a un lien avec l'Islam, ou que l'un d'eux a éventuellement une compréhension légitime de l'Islam et un discours potable le grand public ?! 
Es pour autant que l'un d'eux a une approche islamique ou "modérée" dans ses convictions religieuses ?! Es pour autant que leurs idioties ont lien avec la politique ou le jihad ?! Y a-t-il un lien entre la bataille de Badr et ses égarés ?

Les gens auront-ils besoin de jihadophoquologie pour être avertit de la récupération charlatantiste au nom de la "jihadologie" ?! Non, une charlatantologie classique serait plus claire afin qu'il n'y ait pas d'amalgame entre le jihad et ces malades (tout comme personne ne fait d'amalgame entre la caille et le caméléon, l'âne et le phoque). 
Ensemble et pour la paix, disons que Romain doit être sanctionner pour sa pollution.

24/02/2017

L'Islam et le christianisme

Entre ces deux religions, il y a des distinctions apparentes. Mais certains voudraient cacher des distinctions fondamentales; voici donc quelques paroles en guise d'indication.

L'imam Ibnou Taymiya رحمه الله (mort en 728 H. soit en 1328) a dit (Al-rad 'ala Al-Bakry, p.183):
« Celui qui n'adore pas le Tout-Miséricordieux adore Satan {Et quiconque s'aveugle (et s'écarte) du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable}, et le rappel (ah-dhikr) du Tout-Miséricordieux est ici le rappel qu'Allah -élevé qu'Il est- a fait descendre, comme Il a dit (TRSV) : {Puis, si jamais un guide vous vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s'égarera ni ne sera malheureux.} [Taha].
Celui donc qui se détourne de la guidée d'Allah avec laquelle Il a envoyé Ses Messagers et a révélé Ses Livres, ne faisant pas de distinction entre ce qu'Allah a ordonné et interdit, est alors détourné de Son Rappel révélé. Il lui destine un diable qui le repousse du chemin d'Allah, puis ne distingue entre les choses qu'en fonction de sa passion {Et qui est plus égaré que celui qui suit sa passion sans une guidée d'Allah?}. (voir sourate Al-Qassass, v. 50). » Fin.

Aussi il a dit (p. 232) : « La demande au mort et à l'absent, qu'il soit prophète ou autre fait partie des interdits blâmables à l'unanimité des musulmans. Allah n'a pas ordonné cela, ni son Messager. Aucun des compagnons ne l'a fait, de même pour leurs suiveurs avec bienfaisance, et de même qu'aucun imam des musulmans ne l'a recommandé. Ceci est ce qui est unanimement reconnu dans la religion des musulmans ; que aucun d'entre eux ne disait au mort si il a subi une épreuve ou a besoin d'une chose : "Ô saint untel, je suis dans ta suffisance", ou "comble mon besoin", comme disent certains des associateurs (idolâtres) à leur défunt ou leur absent (comme Jésus).
Aucun  des compagnons n'a invoqué le Prophète, bénédiction d'Allah et paix sur lui, après sa mort, ni autre parmi les Prophètes, que cela soit près de leurs tombes ou loin de celles-ci. »

Il a dit (Majmou' al fatawa 1/159) : « Certes, l'invocation des anges et des prophètes, après leur mort ainsi qu'en leur absence, comme leur appel et leur demande d'intercéder fait partie de la religion qu'Allah n'a jamais légiféré. Tout comme Il n'a jamais envoyé avec cela de Messager, ni révélé de Livre, et cela n'est pas obligatoire, ni recommandé à l'unanimité des musulmans (...) même si cela est fait par beaucoup de ceux qui ont de l'ascétisme (ou s'y affilie) et de l'adoration. Ils évoquent sur cela des contes et des rêves.
En fait, toutes ces choses viennent de Satan. »

Allah -glorifié qu'Il est- a dit dans Son Noble Livre (selon le sens) : 
{ Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera pas accepté, et il sera dans l’au-delà parmi les perdants. } [All ‘Imraan : 3 : 85] C'est à dire, pour les non-musulmans, en Enfer pour l'éternité. Ne sont jamais égaux ceux qui empruntent le chemin vers l'Enfer et ceux qui empruntent le chemin vers le Paradis...

Selon une chercheuse en histoire :
« Le 7 octobre 1571, la flotte turque est en effet écrasée en Méditerranée par une coalition de vaisseaux européens, qui stoppent ainsi l’expansion ottomane. Or, ce jour tombe le 1er dimanche du mois, date traditionnelle à laquelle ont lieu des festivités en l’honneur du Rosaire. Et justement, afin d’attirer la protection divine sur les forces navales européennes, le Pape Pie V avait ordonné la célébration en grande pompe d’un jubilé solennel, d’un jeûne et d’une prière publique du Rosaire. Alors que les navires s’affrontent violemment sur la mer, les catholiques de toute l’Europe adressent une prière commune à la Vierge Marie, l’implorant de les protéger de l’invasion musulmane. »

Selon cette archive donc, -qu'Allah vous guide- nous constatons bien l'impureté de ce pape qui ne voyait pas, ou ne voulait pas voir que ce n'est autre que Satan qui se fait passer pour la mère du Messie.
Si il ne sait pas telle est l'épreuve, et si il sait, alors l'épreuve est encore plus grande.
En 1628 l’Université de Paris déclare attester « hautement que la plus grande partie de notre France infectée par la peste de l’hérésie a été assainie par le Rosaire de Saint Dominique » !!

Ce "rosaire" dont il est question dans cette citation et celle d'avant, c'est des formules de chirk qui sont la cause de l'invention de leurs chapelets. 
Il vient (le rosaire) d'un diable espagnol dénommé Dominique dont ils ne savent pas grand chose de son origine. Si on médite les sources, on constate que cet homme aurait prit ces paroles d'un diable se faisant passer pour la vierge Marie (que la paix d'Allah soit sur elle et son fils).

Pas étonnant quand on sait qu'Allah a dit (TRSV) : { Vous apprendrai-Je sur qui les diables descendent ? [222] Ils descendent sur tout calomniateur, pécheur. } [Ach Chou'ara] et : { Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d'entre les hommes et les djinns, qui s'inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées. Si ton Seigneur avait voulu, ils ne l'auraient pas fait; laisse-les donc avec ce qu'ils inventent. } [Al An'am: 112] 

Selon un ancien philosophe catholique, au 2eme siècle, il y avait un "fantôme" qui apparaissait à une femme sous la forme d'un enfant et déclarait tantôt qu'il était le Christ, tantôt Paul ! Elle avait écrit un livre de " Manifestations " qui était lu en public!
Encore plus connue comme révélation satanique, il y a le dernier livre de la Bible; l'Apocalypse.
Bien que lui même plein de doutes, Jérôme de Stridon fut le premier, à la fin du 4ieme siècle, à vouloir accorder du crédit au livre et le mettre dans la Bible !

Conclusion : Personne ne peut unir entre l'Islam et le christianisme, tout comme personne ne peut unir entre l'eau et le feu.
Traductions : Abd As-Salam

26/01/2017

Comprendre l'adoration (et le déclin du christianisme)

Le savant AbdAr-Rahman ibn Yahya Al Mou'alimy Al-Yamani (1312 - 1386 H.) a dit : 
"Quant à ce qui s'est répandu entre les gens comme quoi les âmes des prophètes et des pieux agissent dans le monde ; si cela serait authentique (et cela ne l'est pas), ce ne serait pas suffisant pour autoriser leur invocation. Ceci, car les anges agissent dans le monde, c'est certain. Et malgré cela; la demande d'eux est une invocation et une adoration envers eux ; donc c'est du chirk (association) à Allah -puissant et sublime soit-Il (idolâtrie)." Kitab Al 'ibadah p. 816


Selon des archives, au 16ieme siècle, il y avait chez les catholiques normands, un chrétien "suspecté d’hérésie". Pourquoi donc ?! Quel était le motif de cette suspicion ?! Eh bien, il avait l’habitude de signer sa correspondance d'une formule dite "ambiguë" : « Monsieur je prie le Créateur qu’il vous donne en toute bonne santé heureuse et longue vie » !!!


Cette histoire rappelle des versets du Coran (TRSV) : { Et quand Allah est évoqué seul (sans associés), les cœurs de ceux qui ne croient pas en l'Au-delà se crispent et quand on mentionne ceux qui sont en dehors de Lui, voilà qu'ils se réjouissent.

( 46 ) Dis: «O Allah, Créateur des cieux et de la terre, Connaisseur de tout ce que le monde ignore comme de ce qu'il perçoit, c'est Toi qui jugeras entre Tes serviteurs ce sur quoi ils divergeaient». } [Az-Zoumar]


Le Créateur est Allah, et de ce fait Il est le seul à mériter d'être invoqué, ce qui est contraire aux dogmes catholiques. Les divinités catholiques ne sont pas capables de créer et elles sont elles-mêmes créés. Celui qui prie le Créateur n'est pas comme celui qui prie une créature. Les gens qui savaient cela étaient jugés hérétiques ou suspecter par les cathos, même si ils se disaient chrétiens.

Dans une source on peut lire ; " Dans le catholicisme, le culte d'hyperdulie (du grec ancien hyper, au-dessus, et douleia, servitude), est le culte rendu à la Vierge Marie, supérieur au simple culte rendu aux saints et aux anges (dulie). Ce terme est à distinguer de celui d'adoration (ou latrie) qui ne convient que pour Dieu. "

Mais dans les faits, tout forme de culte est une adoration ; si c'est un culte pour autre que Dieu, c'est de l'idolâtrie que Dieu ne pardonne pas et punit par l'Enfer. Et si c'est un culte que pour Dieu ; encore faut-il qu'il est une origine dans le Livre d'Allah ou la Sounnah. 

Il n'y a pas d'adoration pour Dieu sans que cela ne soit un culte, comme par exemple l'amour pour Dieu que le croyant porte dans son coeur, Lui demander que les gens l'aime, avoir peur de Lui, se prosterner pour Lui, nourrir un pauvre, etc.
On lit aussi sur Wikipédia  ; "En religion et en spiritualité, la dévotion est une manifestation de piété ou d'adoration pour une divinité ou un maître." Donc aussi ; la dévotion est adoration et inversement.

On peut lire au sujet de l'origine de la Basilique Notre-Dame-de-Bonne-Garde située dans la commune française de Longpont-sur-Orge (département de l'Essonne - 91) :
« On raconte donc qu'à la fin du IIIe siècle, des bûcherons gaulois auraient découvert, dans un chêne creux de la butte de Longpont, une statue de bois représentant une femme avec un enfant dans les bras. L’effigie aurait été accompagnée d’une inscription latine bien mystérieuse pour les païens : « Virgini pariturae » — « A la Vierge qui enfantera ». Si peu après la conquête de la Gaule, l'usage du latin paraît peu probable.
En l'absence d'écriture gauloise, les druides utilisaient des caractères grecs, et les mots latins sont sans doute une traduction de l'inscription authentique. Les druides auraient commencé à vénérer cette image de la déesse mère. » Fin de citation.

Et la plus part des chrétiens vénérent toujours Marie (ou acceptent cela) et font accepter les statues d'elle. Quelle est donc en France la différence entre un "païen" et un "chrétien" si ce n'est le mot ?

On lit aussi ; " Le culte marial, ou dévotion mariale, est la vénération que le christianisme porte à Marie (mère de Jésus). " Donc cela est de l'adoration pour autre que Dieu. Chose qu'Il a toujours interdit et ne pardonne jamais au Jour du Jugement.

Comment pourrait-elle intercéder pour les chrétiens alors qu'ils ne sont pas de sa communauté et que sa religion était l'Islam ?! Quand ils disent "Marie. Ayez pitié de nous" ou "priez pour nous" c'est de l'adoration pour autre qu'Allah. Il se met en colère contre eux comme Il s'est mis en colère contre les anciens polythéistes arabes.

Es vouloir leur bien que de les laisser dans l'ignorance ou les laisser prendre le chemin de l'Enfer éternel ?? Le Prophète Mohammed (Que la Paix et la Bénédiction d'Allâh soit sur lui) a dit : « L'invocation, c'est l'adoration même. » [Hadith authentique rapporté par Ahmed, At-Tirmidhî, Abû Dâwoud, an-Nassâ-î, Ibn Mâdja]

Aussi, la vénération est un culte fondé sur le respect, et tout culte est de l'adoration. L'adoration n'est pas "l'amour démesuré", sauf si c'est pour autre qu'Allah, le Créateur.
Les papes incitent les gens à manifester des gestes d’amour envers un objet "béni"(!), par "l’octroi d’indulgences". Selon des archives, en 1595, le pape Clément VIII fît un bien médiocre don au « peuple François », c'est à dire aux français.
Par l’intermédiaire du futur cardinal du Perron, il fit parvenir « quelques valises pleines de croisettes & de gains bénis […] avec cette Indulgence, que tout François qui porteroit quelqu’un de ces grains en son Chapelet, toutes & quantes fois qu’il les baiseroit, gagneroit cent ans de pardon » ... Fin de citation !

La vraie bénédiction (baraka) ne vient que d'Allah !
L'ignorance religieuse n'était jamais perçue comme un mal, au contraire chacun exploitait celle de son prochain et jouer avec son affectivité. L'héritage dit chrétien c'est cette culture de l'ignorance, son absurdité, son mimétisme, son automatisme et son malheur profond. En revanche, l'Islam c'est cette foi en la révélation d'Allah faite à Mohammed, venue parachever les révélations antérieurs. 

L'habitude des chrétiens de faire ressembler le Créateur à une créature, a menée à un athéisme des plus dangereux. 
L'Islam est la plus grande des miséricorde pour les français. 

L'imam Ibn Al Qayim (élève de l'imam Ibn Taymiya) a dit : « Si Allah n'aurait pas établît pour Sa Religion des partisans et des secoureurs la défendant; il se serait produit ce qui s'est produit contre les religions précédentes (comme falsifications et changements). » Ighathat al-lhafane p.193 Dar al ma'rifat (p.362 Dar Ibn al Jawzy et p.182 Dar al-Athar)


Par nature, l'homme n'aime pas vivre dans la confusion vis à vis de sa religion, et de ce à quoi il doit s'attacher pour satisfaire son Créateur. Quoi donc de plus stupide que de refuser l'Islam sous prétexte que nos ancêtres furent dans cet état d'errance ?!
C'est dans ce contexte que surgit le catholique en fin de vie, psychologiquement écrasé de réaliser que le christianisme n'est ni vrai, ni total. Hanté et tourmenté par le rêve d'un totalitarisme hypocrite, il dit qu'il faut "vaincre le totalitarisme islamique."

Ecrit par AbdElSalam Abou Yahya ( https://twitter.com/AbdElSalamfr )